L'inde sur mesure
Combien ça coute ?

Circuits Inde sur mesure par ville

  • Agra

    La ville est chaotique, le trafic immense et les revendeurs sont insistants, mais elle est l’hôte du Taj Mahal. Que vous arriviez par la route ou par le train, en partance de Delhi, vous y serez en 4 heures. Situé au bord de la rivière Yamuna, le mausolée de marbre blanc fut construit par l'empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse préférée connue sous le nom de Mumtaz Mahal. Aussi à Agra, et à ne pas manquer; le Fort Rouge d’Agra. Il couvre 38 hectares et par ce fait même, il est le plus grand fort de grès du Rajasthan.

  • Allahabad

    Malgré son importance mythologique dans la religion hindoue, Allahabad reste une ville décontractée. Plusieurs centres d’intérêt peuvent attirer les voyageurs de passage comme les édifices du Raj, le fort et les tombeaux moghols et aussi tout l’héritage de la famille Nehru. A tous les 6 ans, la ville de Brahma reçoit la Khumb Mela où des dizaines de million de personnes affluent sur une période de 3 mois. Ce rassemblement est considéré comme le plus grand pèlerinage de la planète et la ville est complètement transformée lors de cet événement. En dehors de la Khumb Mela, Allahabad est plutôt tranquille. Sa situation de choix sur le bord du Gange invite à faire de jolies promenades sur les berges à la rencontre d’une population bigarrée.

  • Amritsar

    Quel endroit spectaculaire. Le Temple d'Or qui trône au milieu de la ville près de son lac est d’une splendeur inouïe. Beaucoup moins visité que le Taj Mahal mais aussi impressionnant, le Temple d'Or est un lieu sacré pour les pèlerins Sikhs. Il faut s’y arrêter au moins 24 heures. Ce temple a été construit autour de la piscine sacrée par Maharaja Ranjit Singh en 1803. Le dôme du temple est couvert de 400 kg de feuilles d’or et vous pouvez observer à l’intérieur un travail floral délicat, taillé dans des pierres semi-précieuses.

  • Backwaters

    Les backwaters c’est en fait une multitude de petits canaux d’eau salée bordés de palmiers, de petits villages pittoresques et ses habitants occupés à la pêche et au chargement du coir (fibre de noix de coco). Sur les rives on remarque les églises, les mosquées, les temples, les écoles, le quotidien des riverains. Vous naviguerez sur d’anciennes barge à riz, allongés sur des coussins, y rencontrerez les pêcheurs, découvrirez les petits affluents, là où cette balade prend toute sa valeur.

  • Bikaner

    Bikaner est une ville fabuleuse et souvent boudée par les voyageurs en raison de sa distance. Elle est en plein désert et remplie de dromadaires ! Bikaner possède un des plus intéressants forts à visiter, le Junagarh. Il faut prendre une demi-journée pour le découvrir avec un guide de l’endroit ou louer des écouteurs version française. Un peu à l’extérieur de Bikaner vous pourrez aussi voir le temple des rats (Karni Mata Deshnok temple) où des milliers de rats se promènent partout entre les jambes des visiteurs. Il y a aussi la ferme d’élevage des dromadaires où vous aurez peut-être la chance de voir un accouplement… tout un spectacle !!!

  • Bodh Gaya

    Situé dans la province la plus pauvre de l’Inde, le Bihar, Bodh Gaya attire des centaines de milliers de bouddhistes chaque année. C’est à Bodh Gaya que Siddharta atteignit l’éveil sous l’arbre Bodhi, 2600 ans avant J-C. Les communautés bouddhistes d’une trentaine de pays ont érigé, ici, des temples à leurs couleurs, bâtis dans le style de leur pays respectif. C’est comme un grand musée à ciel ouvert, réparti dans un environnement bucolique, qui nous permet de voir comment le bouddhisme se vit dans les pays d’Asie. Outre les temples des différents pays, il faut visiter le site du Temple Mahabodhi et prendre une pause au pied de l’arbre de la Bodhi. En décembre et janvier, il est possible d’y croiser le Dalai-Lama en personne !

  • Chennai (Madras)

    Sa situation centrale, nous oblige souvent à passer à Chennai pour prendre un vol ou un train. Peu de voyageurs s’y attardent, mais elle n’est pas dénuée d’intérets. Chennai (ou Madras) est la quatrième ville en importance en Inde. Sa population est de 6,6 millions d’habitants. C’est aussi un haut lieu de la culture indienne. Il faut aller se promener dans le marché Georges Town et aussi sur la belle Marina Beach au coucher du soleil qui accueille les enfants et leurs cerf-volants, les marchants de poissons, les joueurs de cricket et les diseuses de bonne-aventure.

  • Cochin (Fort Kochi)

    Enivrez-vous des parfums de cardamone, de gingembre et de clous de girofle. Visitez le fort, rencontrez les gens qui pêchent aux carrelets chinois, entrez dans la plus ancienne église de l’Inde, voyez le palais portugais et la synagogue datant du 16e siècle. Perdez-vous dans les ruelles sinueuses bordées de mosquées et de vieilles maisons portugaises. Découvrez une architecture hollandaise et portugaise, une ville éclectique. Rencontrez une communauté juive aux origines ancestrales. Allez voir une pièce de théâtre musicale Kathakali, une forme artistique datant du 17e siècle qui raconte les contes épiques hindous du Ramayana. Fort Cochin vaut le détour, c’est certain !

  • Colombo

    La capitale du Sri Lanka a su garder son héritage colonial avec son architecture britannique, ses grands boulevards et le quartier du Fort qui fait encore l’objet d’une restauration historique majeure. Le bord de mer, autrefois négligé, est maintenant une jolie avenue bordée d’hôtels, de restaurants et de cafés élégants. Sur la pelouse de Galle Face Road, face à l’océan, vous pourrez admirez le coucher du soleil avec les familles cingalaises qui s’y réunissent tous les soirs.

  • Delhi

    C’est dans ses petits quartiers vivants et dynamiques que la capitale de l’Inde est la plus intéressante. Laissez aux autres la visite des monuments et du parlement et lancez-vous en rickshaw dans le dédale des petites rues pittoresques de Chandni Chowk, du Main bazar à Pahar Ganj et Karol Bagh, du quartier musulman et du fort rouge. Le centre de la ville avec Connaught Circle vaut aussi le détour pour découvrir la nouvelle modernité de la ville, son métro et quelques lieux sacrés comme la majestueuse Jama Masjid, la plus grande mosquée de l’Inde, le tombeau d’Humayun Tomb et le Garud Bangla Sahib où les Sikhs vous accueilleront avec chaleur.

  • Dharamsala

    Dharamsala est une ville indienne située dans la vallée de Kangra. Nommée la petite Lhassa, elle est la terre d'accueil du Dalaï Lama et de la communauté tibétaine en exile. Les tibétains habitent un peu plus haut que Dharamsala, sur une colline que l’on appelle Mac Load Ganj. C’est là que vous vous installerez ! Mc Load Ganj, c’est deux rues parallèles sur une crête de montagne. On y trouvent des boutiques, des hôtels, des restos terrasses, des pizzerias, des temples bouddhistes, des agences d’excursions, des moines… À une extrémité se trouve le temple et la résidence du Dalai Lama. À l’autre extrémité, la route pour Bhagsu (petit village producteur d’ardoise) et un grand stand de taxis. Mc Load Ganj est mythique et s’il est présent, le Dalai Lama présente des conférences publiques périodiquement. La petite ville est résolument tibétaine, et les activités dans la région ne manquent pas: Trekking de toutes sortes et pour tous les niveaux, centres de méditation bouddhiste, musées sur la culture tibétaines, spectacles de danse tibétaine, visite de Norbulingka, un lieu d’apprentissage de l’art tibétain, visite chez les tisserands, et bien d’autres.

  • Fatepur Sikri

    À 40 km d’Agra, s’étend le fabuleux site de Fatehpur Sikrî. Cette cité fantôme, merveilleusement restaurée, est inscrite au Patrimoine Mondial. Au 16e siècle, la ville était la capitale impériale de l’Empire moghol. Elle est construite sur un plateau et entourée d’un mur crénelé. Fatehpur Sikrî montre un mélange de différentes traditions architecturales avec des modèles islamiques, des voûtes fleuries, des décors hindous, et des palais impériaux…

  • Gangotri

    Dans cette région du Garhwal, la frontière touche le Tibet. Des montagnes et des montagnes et des rizières qui ressemblent à des escaliers vers le ciel, interminables étages, tout autour de nous. Inimaginable tellement c’est beau. La route… pour faire 200 kilomètres, il faut 8 heures… mais ce sont huit heures de paysages invraisemblables, de rencontres inespérées, un peuple qui à ce jour n’a pas encore été atteint par le tourisme de masse. La source du Gange (la Bhagirathi) est à Gaumukh, à dix huit kilomètres à pied de Gangotri , à la frontière du Tibet. Les eaux des glaciers nourrissent ce fleuve de légendes. Les Indiens accourent de partout pour y venir chercher l’eau sacrée. Certains marchent aller et retour, jusqu’à 800 kilomètres en un mois pour venir y toucher et rapporter à la maison l’eau précieuse.

  • Haridwar

    Toute l'année, les pèlerins viennent en masse à Haridwar, la ville sacrée. Les foules se pressent à tous les soirs autour du ghat Har-ki-Pairi pour la célébration de l’Aarti sur le bord du Gange. L’architecture religieuse hindoue est impressionnante et colorée. D’imposants temples et ashrams émaillent la cité, dont certains sont grands comme des villages. Haridwar est situé à 15 km de Rishikesh. Il est très facile d’y venir en excursion pour la journée.

  • Houseboat

    Les houseboats en Inde ont la cote ! L’hébergement en houseboat est une façon très agréable de se loger, et nous permet de vivre une expérience plus authentique, même si le concept est avant tout fait pour les touristes. Les houseboats les plus connus sont ceux du Kerala en Inde du Sud. Ces bateaux naviguent dans les backwaters, un dédale impressionnant de canaux tropicaux où l’on peut voir et vivre la vie keralaise. Les houseboats de Srinagar au Kashmir sont aussi très prisés et historiques, car ils ont appartenu à la haute bourgeoisie anglaise entre les années 1910 et 1945. Ces houseboats ne naviguent pas, mais sont installés sur l’eau des lacs Dhal et Nagin. Ils ressemblent à des bateaux-chalets avec tout le service à l’anglaise, comme à l’époque. Le charme à l’état pur ! Aussi, il y a possibilité maintenant de faire une jolie croisière sur le Gange en houseboat, d’Allahabad à Varanasi.

  • Jaipur

    La ville rose… rose-ocre… C’est la capitale du Rajasthan, la plus grosse ville. Les levers et couchers de soleil sont époustouflants. De belles promenades en ville, un marché dynamique, un arrêt au palais des vents, une visite à l’incroyable et unique site astronomique, une montée à dos d’éléphant au Amber Fort, sont d'autant d'activités offertes à Jaipur, et la visite de ce même fort très impressionnant de beauté et d’histoire !

  • Jaisalmer

    Ce qui rend Jaisalmer unique, c’est son fort. Celui de Jaisalmer ne se visite pas comme les autres. Il est immense, il est vivant, rempli de ruelles, de commerçants, d’habitations, de restaurants, d’hôtels, de vaches et d’indiens ! Il est de forme ovale avec 99 tours qui dominent le désert de Thar. Il y a la vie à l’intérieur et à l’extérieur du fort. À l’époque des marchands, les gens habitaient tous le fort, en sécurité contre les bandits du désert. Mais plus tard, la ville s’est élargie à l’extérieur. Les havelis se sont construit tout autour pour être plus prêt des caravanes du désert. Il y a plusieurs points de vue pour regarder les levers et couchers de soleil. C’est un moment où il faut s’arrêter.

  • Jhansi

    Jhansi est une halte, une étape entre Agra et Khajuraho. Si vous avez du temps, visitez le fort de Jhansi qui conserve les traces des batailles sanglantes que menaient le maharaja Bir Singh Deo d’Orcha.

  • Jodhpur

    Connu sous le nom de la ville bleue, à cause de ses habitations peintes comme le ciel, Jodhpur est un incontournable pour les différentes vues qu’elle offre du haut de son majestueux fort, le Mehrangharh, juché sur les hauteurs de la ville. De là haut, vous pouvez voir les maisons, tel de petits cubes bleus qui s’étendent à la lisière du désert de Thar. Le marché, dominé par la Clock Tour, est un des plus colorés du Rajasthan.

  • Jojawar

    Le Rawla Jojawar est un petit château situé au pied des monts Aravalli. C'est encore la demeure d'un seigneur local. Ce château a été restauré dans le style traditionnel Rajput et les chambres colorées sont confortables. Aux environs, se trouvent les huttes des tribus rebari avec leurs troupeaux de 5000 dromadaires, de très jolis villages et une réserve de la faune sauvage. On visite un ancien temple jain sculpté dans le marbre. Une halte au Rawla Jojawar est l'occasion de découvrir un Rajasthan rural encore préservé.

  • Kathmandou

    La mythique Kathmandou des années ’60 ! Encore légèrement sous l’influence de ces années fastes, les hôtels et restaurants de Kathmandou ont su, plus tôt que tout le reste de l’Asie, comment satisfaire la clientèle occidentale. On y mange donc très bien la plupart du temps et les hôtels sont très bien tenus. Bien qu’elle ne soit plus la capitale des hippies venus des quatre coins du monde en quête de party et de marijuana, elle est désormais la capitale des aventuriers en quête des plus hautes montagnes du monde. Kathmandou se parcourt à pied, c’est tellement agréable. Allez voir la Sayambunath (monkey temple), marchez sur Freak street, déambulez dans Durbar Square, allez à Patan, Bhaktapur, Bodhnath, Pashupatinath. Il y a tant à voir.

  • Khajuraho

    La ville de 20 000 habitants abrite trois groupes de temples avec des sculptures très explicites et inspirées du Kama Sutra. Classés au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, les temples comptent aussi des chefs d’œuvre de l’art religieux. L’éloignement géographique de Khajuraho a contribué à sauver les œuvres des invasions moghols qui détruisaient systématiquement les temples qui se consacraient aux idoles. Le site est maintenant plus accessible aux touristes grâce à la gare ferroviaires. Il vaut définitivement le détour !

  • Kolkatta (Calcutta)

    Kolkatta est considéré par les indiens comme la capitale culturelle du pays. Sa réputation de grande misère liée en parti à l’excellent film « La cité de la joie » de Dominique Lapierre, est justifiée mais Kolkatta n’est pas que ça, heureusement. Si on réussit à voir au-delà de la misère et de la pollution, on découvre une ville riche et moderne, des temples magnifiques, des jardins botaniques, des musées, des monuments, des restaurants parmi les plus raffinées du pays et une splendide architecture coloniale.

  • Le Gange

    Le cours du Gange débute au village de Devprayag, au confluent de la rivière Bagirathi qui prend sa source à Gangotri en Inde et de l’Alaknanda qui provient du glacier du Nanda Devi au Tibet. La première ville indienne mouillée par le Gange en Inde est Rishikesh. L’eau y est d’une grande pureté et de couleur émeraude. Le Gange poursuit sa route ensuite vers Varanasi, pour se jeter dans la baie du Bengale après avoir traversé Kolkatta. Le Gange est long d’environ 2800 km, selon ses différentes sources. Il est considéré comme sacré par les hindous et sa source mythologique se trouve dans les cheveux du dieu Shiva. Dans la croyance, l’eau de la Mère Gange lave les péchés, purifie le corps et permet aux défunts d’atteindre le moksha (libération du cycle des réincarnations) si les proches ont eu la possibilité de disperser les cendres dans le fleuve sacré.

  • Leh

    Les dernières heures avant d’arriver à Leh sont les plus impressionnantes. Jamais vous n’aurez vu des montagnes comme celle-là, dans tous leurs coloris passant du vert au gris, du rouge au jaune en passant par le bleu. L’Himalaya dans toute sa splendeur. La capitale du Ladakh, prise dans une cuvette entourée de montagnes vertigineuses, offre une vue à 360 degré de l’Himalaya. Même avec une impression de bout du monde, la ville a de nombreux attraits et permet aux voyageurs de bien s’installer dans de charmants petits hôtels confortables, des restos invitants et une vieille ville fascinante avec le palais de Leh. On peut facilement rayonner autour de Leh pour découvrir des temples bouddhistes millénaires et de petits villages ladakhis pittoresques. L’impression d’être au bout du monde ne vous quittera pas.

  • Madurai

    Madurai est l’âme du Tamil Nadu. C’est une ville Tamoule et une des plus anciennes de l’Inde. On y vient pour voir une ville authentique indienne sans trace de colonialisme et y visiter un des temples les plus impressionnants de l’Inde le Sri Meenakshi Amman. C’est une ville qui est dominé par un temple médiéval mais qui est résolument tourné vers l’Inde moderne, mais à grandeur humaine si on la compare à Chennai.

  • Manali

    Manali était autrefois la destination été pour les colonisateurs anglais qui occupait le pays au milieu de notre siècle. Le climat est parfait, très agréable. Plusieurs d’entres eux avaient des chalets avec vues sur les montagnes. Pendant qu’il pleut et fait très chaud à Delhi, il fait doux et ensoleillé à Manali. Les traces de la colonisation sont encore présentes mais les vies indienne et tibétaine prennent encore plus de place.

  • Mandawa

    La région rurale et semi-désertique de cette région nous initie tout de suite à cette grande province qu’est le Rajasthan. Sur les routes, on croise plus de dromadaires que de voitures, les champs révèlent au loin des femmes en saris multicolores qui cultivent leur bout de terre, les galeries d’arts en plein air et les Haveli se succèdent sans fin. Plusieurs palais sont à voir : le Kheri Mahal, le Rani Sati Temple et bien d’autres.

  • Mumbai

    Mumbai est une ville envoutante et charismatique de 16 million d’habitants ! Il faut plusieurs jours pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur et sortir du quartier touristique de Colaba. Il faut visiter Elephanta Island, déambulez dans l’extraordinaire marché Crawford, découvrez le musée Prince of Whales, flânez sur Marine drive et Colaba Causeway et visiter la maison Mani Bhavan, la résidence de Gandhi à Mumbai reconvertie en musée.

  • Munnar

    À l’intérieur des terres de la province du Kerala, Munnar dans son paysage de montagnes spectaculaires, est le centre du négoce du thé et des épices, parmi les plus élevé au monde. Le centre-ville est parfois bruyant mais les alentours sont magnifiques. Cette station climatique vous permettra de prendre l’air frais et de déambuler parmi les chèvres de montagnes et les plantations de thé.

  • Nepal

    Le royaume du Népal, s’étend du contrefort de l’Himalaya, jusqu’au plaines humides de l’Inde. C’est le pays des sherpas, des yaks et des yetis et d’un patrimoine culturel et archéologique unique au monde. Mais on va surtout au Népal pour rencontrer les népalais, un des peuples les plus accueillant d’Asie.
    Séisme de 2015 au Népal : Les Routes du Monde continu d’aller au Népal avec ses groupes et d’envoyer des voyageurs individuels. Le patrimoine architectural est en petite partie détruit, mais reste encore les principaux sites encore intactes comme le Nyatapola à Baktapur, pour ne nommer que celui-là. De plus, nous encourageons la cause népalaise en continuant d’encourager le tourisme, et ainsi relancer leur fragile économie. SOYEZ SOLIDAIRE AVEC NOUS ET VISITEZ LE NÉPAL !

  • Nuwara Eliya

    Cette petite Angleterre du Sri Lanka est nichée parmi des montagnes, vallées, chutes et plantations de thé. Les plantations de thé en terrasse sont très accessibles et on peut y voir les femmes qui travaillent à cueillir les feuilles de thé. « Ceylon tea »… le meilleur au monde ! Il faut absolument visiter une Tea Factory, héritage de la colonisation britannique, qui transforme encore les feuilles de thé avec de l’équipement qui date du début du siècle. L’odeur du thé humide dans les Tea Factory restera dans votre mémoire longtemps… un parfum doux et suave.

  • Periyar

    Le parc faunique de Periyar abrite plus de 1000 éléphants, des langurs, des sangliers, des sambars, une quarantaine de tigres et des oiseaux exotiques très impressionnants. Cette région prend son nom à la rivière Periyar qui passe dans les deux villages où se trouvent toute l’activité touristique, Thekkady et Kumily.

  • Plantations de thé

    Les plus belles plantations de thé se trouvent au Sri Lanka (Ceylan), en Inde du Sud à Munnar et en Inde du Nord à Darjeeling. Les plantations de thé couvrent d’immenses territoires vallonnés, légèrement en altitude, ce qui promet des récoltes de haute qualité. La culture du thé au Sri Lanka et en Inde est arrivée avec la colonisation anglaise. D’ailleurs, la plupart des plantations utilisent encore la machinerie britannique qui date du début du siècle. Certaines plantations offrent des dégustations de thés, comme on le fait dans les vignobles pour le vin. C’est une expérience culturelle très intéressante.

  • Pondichery

    La belle Pondichéry sur le bord de la mer est une ancienne colonie française où débuta l’épopée de la France dans Les Indes ! Malgré ce petit quartier que certains comparent à un petit Paris bohème, Pondichéry reste une ville bien indienne avec ses klaxons et son chaos. Le quartier français avec les églises catholiques, les café-terrasses des années 70, ses rues pavées, ses bâtiments blancs et jaunes et la promenade en bord de mer font quand même de Pondichéry une ville unique au monde. Pondichéry est aussi le lieu-mère de l’Ashram de Sri Aurobindo, fondé en 1926 par Sri Aurobindo. Après sa mort, c’est « La Mère » qui lui succéda, jusqu’à sa mort en 1973.

  • Pushkar

    Pushkar, la ville blanche. Elle aussi, près d’un lac, mais beaucoup plus petite que Udaipur. La ville est située d’un côté du lac, une grande rue longe l’étendu sacrée. La ville est sacrée, donc, entièrement végétarienne. Plusieurs faux gourous parcours la ville et demande l’aumône sous prétexte que vous avez besoin du «Pushkar passport» qui s’avère être un petit bracelet rouge, pour purifier votre âme. Tout cela est de la frime, et il faut être assez ferme pour repousser les profiteurs. À part ce petit inconvénient, Pushkar s’avère être une ville franchement sympa, éclatante de blancheur et promet des couchés de soleil magnifiques pour ceux qui peuvent s’y attarder.

  • Rishikesh

    Ville des sages, des yogis, du Gange, des montagnes, des ashrams, et capitale mondiale du yoga. Les ashrams pullulent ici, et les plus grands maîtres de yoga y enseignent, chacun à leur façon. C’est ici dans les années 60 que les membres des Beatles sont venus vivre leur période spirituelle ! Rishikesh est aussi la première ville à recevoir les eaux du Gange. Les activités sont multiples à Rishikesh et les voyageurs voudront y passer plusieurs jours.

  • Shimla

    Quelle belle étape. Elle mérite au moins deux nuits. On a l’impression d’être en Europe, une Suisse Indienne. S’y promener est très agréable. Cette ville repose de l’Inde. Ce qui est étonnant, c’est que c’est propre partout. La nuit venue on dirait un arbre de Noel, tellement de maisons sont éclairées. Les restos y sont bons, les gens y sont aussi différents. Très gentils, accueillants comme partout ailleurs, mais encore plus. En fin de journée vous y verrez toute une procession de jeunes étudiants en costumes de collège (très britannique !).

  • Sri Lanka

    Il était une fois, l’île de Ceylan. Un joyau en forme de larme serti dans l’Océan Indien. Au Sri Lanka, les attraits historiques, archéologiques et fauniques sont nombreux, et plusieurs sites sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Le Sri Lanka, c’est 2000 ans d’histoire dont on peut être témoin sur des sites magnifiquement bien préservés. C’est l’île des plantations de thé à perte de vue, implantées lors de la colonisation britannique, et c’est aussi l’île des éléphants et des tortues de mer géantes. Les plages du sud sont magnifiques, variées, et pas encore envahis par le tourisme de masse. Ce qui augmente leur beauté.

  • Srinagar

    Srinagar, la capitale du Kashmir. Partout où on regarde, on a une impression d’être en Asie central. A Srinagar, l’attraction principale est le logement en houseboat. Les différentes compagnies de houseboats sont réparties sur deux lacs. À partir des houseboat nous naviguons dans de plus petits bateaux, vers les marchés flottants à travers les fleurs de lotus, les volées de canards et les bateaux-commerces qui nous proposent toutes sortes de marchandises comme des sucreries, des fleurs, des bijoux et des tapis du Kashmir, les plus beaux au monde… bien entendu !

  • Taj Mahal

    Le Taj Mahal, est le monument le plus visité en Inde. Il est situé au bord de la rivière Yamuna à Agra. C'est avant tout un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais », et qui est morte le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant. La construction commence donc en 1632. Cependant, il demeure une polémique sur la date exacte de la fin des travaux, entre 1643 et 1648. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d’Europe et d’Asie centrale. Le fondateur du Taj Mahal a fini ses jours dans une cellule du Fort d’Agra, enfermé par son fils Aurengzeb qui préférait voir son père croupir en prison plutôt que de le voir dilapider le reste de sa fortune à faire un deuxième mausolée en marbre noir. À sa mort le 31 janvier 1666, il fut inhumé auprès de sa femme bien aimée dans le Taj Mahal que l’on connait. Ce mausolée est considéré comme un monument dédié à l’amour à cause de cette histoire. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde par un organisme non officiel et à caractère commercial (New Open World Foundation).

  • Temple D’Or

    Quel endroit spectaculaire. Le Golden Temple qui trône au milieu de la ville, est d’une splendeur inouïe. Beaucoup moins visité que le Taj Mahal mais aussi impressionnant, sinon plus, et moins de touristes. Ce temple, d’une grande signification pour les Sikhs, a été construit au centre de la piscine sacrée par Maharaja Ranjit Singh en 1803. Le dôme du temple est couvert de 400 kg de feuilles d’or et vous pouvez observer à l’intérieur un travail floral délicat, taillé dans des pierres semi-précieuses, ainsi que le livre sacré, le Guru Granth Sahib. Ses 1430 pages ont été compilées en 1604 par le 5eme successeur du fondateur des Sikh, Guru Nanak. L’entrée est gratuite et accessible à tous, à condition de se couvrir la tête, hommes et femmes. Les cuisines communales à l’intérieur du temple sont fascinantes. Plus de 500 bénévoles y travaillent pour nourrir plus de 2000 pèlerins qui y mangent gratuitement tous les jours. Les touristes sont les bienvenus partout dans le temple, y compris dans les cuisines ! Il faut visiter le Temple d’Or le jour, et aussi le soir quand tout est illuminé et que le Temple brille de milles feux.

  • Udaipur

    Plus au sud de la province du Rajasthan, Udaipur est romantique, douce et chaotique en même temps. La circulation est dense mais son lac et le fabuleux Lake Palace Hôtel qui semble flotter sur les ondes fait d’Udaipur une ville tout à fait charmante. C’est un endroit extraordinaire pour faire des achats de souvenirs, pour déambuler dans les petites rues encombrées qui finissent toujours par déboucher sur le lac.

  • Vallée des fleurs

    Dans certaines régions pré-himalayennes, de grandes vallées offrent un spectacle extrêmement colorés, une fois par année, au moment de l’éclosion des fleurs en juillet. Les régions de Badrinath et de Mana dans le nord du Garhwal ont des vallées fleuries magnifiques.

  • Varanasi (Benares)

    Surtout, ne faites que regarder et observer, sans juger… Jamais vous n’oublierez. Promenez vous le long des ghats, tranquillement, à observer la vie humaine, prenez votre temps… Ici à Varanasi, il y a les ghâts, le fleuve, les petites rues, les crémations, il y a l’impossible. Il faut s’immobiliser pour sentir, pour voir, pour goûter cette ambiance unique sur la planète. Elle est envoyée par l’énergie du Gange. Pendant une matinée, marcher doucement vers Assi ghat, le long du Gange. Les scènes les plus incroyables défileront devant vous… Le soir au coucher du soleil, vous pouvez assister à la cérémonie du feu, l’Aarti, sur Desaswamedh ghat principal.

Haut de la page