Éthiopie - L'Ancien Monde

Circuit groupe - Éthiopie
L'Ancien Monde

21 jours

Prochains départs

08 avr. 2018 au 28 avr. 2018

$5480,00

+ vol international
Supplément solo 1030,00 $

Portion terrestre payable
par chèque seulement

Rabais de 100 $
Pour toute inscription sur nos circuits-groupe, à plus de 6 mois avant le départ.

L'Ethiopie est encore aujourd'hui synonyme de grande famine et les images des années 70-80 des enfants mourants de faim nous reviennent aisément en mémoire. L'Éthiopie d'aujourd'hui est complètement différente. Comme bien des pays d'Afrique et d'Asie, elle est devenue un pays en voie de développement et la classe moyenne occupe maintenant une grande place dans l'économie grandissante.  Il suffit d'être témoin de la modernité exponentielle de sa capitale Addis Abeba.
Le touriste a peu visité ce pays.  Pourtant il a tant à offrir, autant au niveau de ses paysages spectaculaires; la vallée du Rift, ses montagnes sauvages, ses parcs fauniques, ses déserts, ses châteaux, les églises monolithique de Lalibela, et bien d'autres. Et attendez de déguster le vin éthiopien accompagné d'un plat d'injara !
Au départ, il faut savoir que l'Éthiopie est le seul pays d'Afrique à n'avoir jamais été colonisé.  Il renferme des trésors historiques, archéologiques et culturels uniques qui ne rivalisent avec aucun pays d'Afrique. C'est un pays à majorité chrétienne, et les références datent de l'ère de Jésus Christ.

Outre l'histoire et ses paysages, vous y découvrirez un peuple fascinant.  Au nord les tigréens ont des origines de plus de 2000 ans. Au sud, les peuples Mursi, Hamer, Dassanetch, Bana, Karo, pour ne nommer que ceux-là, offrent aux visiteurs une expérience humaine fascinante.  Vous vous pincerez pour être sûr de ne pas rêver.

Carte - Éthiopie
1

Addis Abeba

Jours 2, 3 et 20

Afin de bien cerner l’urbanisme de la capitale de l’Éthiopie, nous
nous rendrons à Entoto. Cette colline, située au Nord de la ville, culmine à 3200m. C’est de là, dit-on, que l'empereur Menelik et sa femme, l’impératrice Taïtu, décidèrent de l’implantation d’Addis Abeba. Après avoir aperçu une mince colonne de vapeur s’élever 
dans le ciel, ils se rendirent en cet endroit et y découvrirent des 
sources chaudes, ainsi qu’une fleur qui leur était jusqu’alors 
inconnue. Cet évènement les décida à nommer leur capitale Addis Ababa (« la nouvelle fleur » en amharique). 
La visite du Musée National sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’Ethiopie : de la célèbre Lucy (fossile humanoïde de 3.4 millions d’années) au puissant royaume antique d’Axoum ; des royaumes médiévaux gondariens aux règnes des empereurs Ménélik II et Hailé Sélassié.
Dans l’après-midi, vol intérieur pour Mekele.

2

Axoum (peuple Tigre)

Jours 4 et 5

Axoum, dans la province du Tigre, ville classée parmi les patrimoines mondiaux par l'UNESCO.
Les légendes racontées dans le Kebre Nagast (Livre des Rois) racontent comment la ville d'Axoum, dès le 10ème siècle avant JC avait déjà été la ville où la reine de Saba résidait. Il est raconté que le fils de la reine de Saba et du roi Salomon a introduit l'Arche d'Alliance à Axoum et qu'elle y est jusqu'à ce jour conservée dans un sanctuaire. Longtemps avant l'époque du Christ, Axoum fut la capitale du règne des Axoumites, l'uns des plus anciens empires africains et représentait alors un point crucial de connexion entre l'Afrique et l'Asie pendant près d'un millier d'années. 
La modernisation de la ville laisse encore place aux très anciens monuments de la cité qui nous rappelle l'histoire de la bible avec le mage Balthazar qui aurait été axoumite, le palais de la Reine de Saba dont les ruines nous permettent de voir l'empleur de sa demeure, et l'arche d'alliance qui reposesait encore sous l'église Maryam Seyon d'Axoum
Visite du marché d'Axoum ou l'on peut remarquer, entre autres, les femmes tigreennes qui portent encore leurs voiles blancs comme il y a trois siècles.

3

Parc du Simien

Jour 6 et 7

A partir de Debark ou nous passons la nuit, nous découvrirons le massif du Simien. En amharique, Simien signifie Nord. La route passe au-dessus des zones montagneuses à la beauté sauvage. Dans le parc, un grand nombre de sommets dépassent 4000 m (13123 pieds), et parmi tous, le plus élevé est le Mont Ras Dejen, à 4543 m (1905 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Ces montagnes volcaniques ont été érodées par des siècles de pluies. Aujourd'hui, leurs sommets ont une couleur améthyste et possèdent des ravins profonds, toujours approfondis par les rivières.
Journée de randonnée (environ 8-10 km) à travers les hordes de baboins gelada "au coeur rouge" et de paysages absolument fantastiques qui s'apparentent au Grand Canyon.  Il est aussi possible d'observer des animaux endémiques comme le loup d'Abyssinie et le bouquetin d'Abyssinie.

4

Gondar

Jours 8 et 9

Après les invasions musulmanes, qui dévastèrent le pays au 16ème siècle, l’empereur Fasilidas établit sa capitale à Gondar. La ville conserva ce statut jusqu’au milieu du 19ème siècle. De cette période glorieuse de l’histoire éthiopienne, nous admirerons la cité impériale, où furent édifiés, entre le 17ème et le 18ème siècle, de
nombreux monuments aujourd’hui encore magnifiquement conservés : le château de Fasilidas, première construction, massive et puissante ; le château de Yasou 1er de forme élancée ; les châteaux de Bakka et de Mentouab ; le Palais de musique de David III ; le château de Qusquam. Spectacle surréaliste que d’admirer ces
constructions, d’inspirations européennes au coeur de l’Afrique. Il est vrai que les jésuites portugais furent présents à la Cour des Rois de Gondar durant le 17ème siècle. Ils s’étaient alors vus confier par le Pape la mission de ramener le royaume hérétique du prêtre Jean dans le giron de Rome. Pedro Paez, le plus illustre des jésuites échoua de peu, et les éthiopiens demeurèrent orthodoxes, rattachés à l’église d’Alexandrie.
Nous continuerons notre visite par les bains de Fasiledes et nous
visiterons l'église de Debre Berhan Sélassié (Lumière de la Trinité).
L'intérieur de Debre Berhan Sélassié est décoré avec de belles
fresques, des angelots et des peintures. Il est dit que Debre Berhan
Sélassié a été une fois choisi comme lieu de repos final de l'Arche d'Alliance.

5

Bahirdar

Jour 10

Tout au sud du lac Tana, se trouve Bahirdar, la capitale de la région Amhara.  Ici se trouve une curiosité très spéciale; en effet la source du Nil Bleu est à l'entrée de la ville.  Une toute petit rivière qui deviendra plus loin le majestueux Nil.
Nous nous arrêtons le temps d'une nuit avant de poursuivre vers Lalibela.

6

Lalibela

Jours 11 et 12

Depuis Bahirdar nous prendrons la route jusqu'au sanctuaire de
Roha, ancien nom de la ville de Lalibela. Le roi de Lalibela, au début du 13ème siècle, ordonna la construction de onze églises, taillées dans la masse du tuf. Ces églises, dont certaines sont entièrement monolithiques, furent édifiées du toit vers la base, à l’inverse des constructions classiques. Les bâtisseurs de ces édifices exceptionnels, tous différents les uns des autres, ont reproduit tous les détails architecturaux des églises d’Orient. Le site de Lalibela reproduit les lieux saints de Jérusalem, reliés par un système de galeries et de souterrains, répartis de part et d’autre d’un cours d’eau baptisé Jourdain.
JOUR 12 : Visite du premier groupe d'églises, connue sous le nom de groupe des Eglises du Nord. Bet Medhanialem est la plus grande, soutenue par 72 piliers et héberge la croix en or de Lalibela qui pèse 7 kg. Nous prendrons le tunnel pour aller de Bet Medihanialem à Bet Mariam. Dans ce tunnel se trouve un pilier dont on dit que Jésus-Christ s'y serait adossé quand il est apparu dans une vision du roi Lalibela. Bet Mariam possède aussi de fabuleuses sculptures de divers oiseaux et animaux. Nous visiterons Bet Danaghel, une chapelle construite en l'honneur de nonnes martyres. Bet Golgotha et Bet Michael sont deux églises jumelles et beaucoup de gens croient que rien qu'une visite à Bet Golgotha garanti votre place au paradis ! L’après-midi sera consacrée à la découverte de la partie sud. Comme nous l’avons constaté le matin, chaque église possède sa propre histoire, enrichie de légendes puissamment ancrées dans la culture populaire. Nous commenceronsonc les visites par Beta Amanuel, considérée comme la plus jolie église monolithique éthiopienne, de style axoumite, Beta Merkorios, Beta Gabriel  et Raphael et Beta Abba Libanos qui d’après les traditions, est une église dite construite en une seule nuit par Kebre Meskel, la femme du roi Lalibela, avec l’aide des anges. Enfin nous achèverons les visites par la plus célèbre église sous forme de croix : Beta Ghiorghis. Durant toute la journée, nous aurons donc la possibilité d’apprécier les peintures, les symboles et les énigmes décorant les églises composant le site de Lalibela.

7

Arbamintch (peuple Dorze)

Jours 14

Nous voici maintenant au sud de l'Éthiopie !
Départ de Lalibela en avion, via Addis Abeba, et atterrissage dans la magnifique région d’Arbaminch et de ses lacs. Arbaminch est une ville paisible et très agréable, construite sur le flanc d’une colline. Elle comporte deux niveaux et offre une vue extraordinaire sur deux lacs de la vallée du Rift, les lacs Abyata et Chamo. L’après midi, une excursion en bateau sur le lac Chamo (parc faunique Nesh Sar) nous permettra de nous “promener” au milieu des crocodiles et hippopotames, qui cohabitent tranquillement avec les pélicans et autres aigles blancs. 
Le matin, nous partirons dans les montagnes environnantes, 
pour nous rendre à Dorze, village de l’ethnie des Dorze. Une visite du village sera l’occasion d’évoquer l’importance pour cette ethnie de l’Ensat, faux bananier exploité des racines aux feuilles. Elément central de la survie des Dorze, cette plante, qui ressemble au bananier, peut atteindre 8 à 9 mètres de haut. On la trouve dans de nombreux pays, mais l’Ethiopie est le seul endroit où l’on en extrait un produit comestible.

8

Turmi (peuples Hamer et Bana)

Jours 15 et 16

Route en direction de Turmi.
Rencontre avec le peuple Hamer. Les Hamer sont des pasteurs semi-nomades; la majorité des 42 000 individus vivent dans l’une des régions les plus arides de la savane méridionale du sud-ouest éthiopien, entre les terres fertiles de l’est et les rives de l’Omo. Les Hamer se déplacent en groupe, avec leurs troupeaux de bovins, selon un itinéraire précis établi par leurs ancêtres au premier matin du monde. Ils logent dans des huttes ogivales de branchages savamment enchevêtrés qui résistent aux forts vents de sable.
Les Hamer ont un sens très développé de l'esthétisme corporel.  Les femmes portent des habits en peaux de chèvre décorés de perles et de coquillages et plusieurs bijoux de cuivre récupéré d'anciennes balles de kalachnikov. Leur cheveux en "dread lock" sont enduis de beurre et d'ocre rouge.

Le peuple Bana compte environ 35 000 individus. Ils pratiquent l’agriculture et complètent leurs besoins alimentaires par la chasse. Ils sont très semblables aux Hamer avec qui ils partagent la même langue. Les parures sont toutefois un peu différentes. Les hommes Bana se parent d’une coiffure d’argile agrémentée de plumes et les femmes enduisent leurs cheveux de beurre et les décorent avec des perles. Lors des fêtes rituelles, hommes comme femmes ornent leurs corps de peinture à l’argile ou à la chaux.

9

Jinka (peuple Dassanetch)

Jour 17

En direction vers la ville de Jinka, tout près de la frontière du Kenya, on fait un arrêt au village d’Omorate au pays du peuple Dassanetch, réparti sur les deux rives de l’Omo.  Pour s'y rendre, un piste bordée d'acacias nous mène vers la savane de plus en herbeuse et désertique.  C'est là que vivent les Dassanetch.
Installés sur les deux rives de l’Omo, ils sont 24 000 individus répartis dans une région fertilisée par les inondations du delta de l’Omo et l’influence du lac Turkana.
La culture Dassanetch est un amalgame de petits groupes liés par un même langage et des traditions communes.  En fait ils ont 22 appellations différentes et se répartissent en Ethiopie et au Kenya. Ils sont caractérisés par des vêtements aux ornements très lourds et élaborés avec des plumes d'autruches, et par leur peau très noire.

10

Parc national de Mago (peuple Mursi)

Jour 18

C’est dans le Parc de Mago, sur les basses terres situées à l’Est de l’Omo, et à l’Ouest de la rivière Mago que l’on trouve le peuple Mursi. Le climat torride et les pratiques guerrières caractéristiques de cette population les ont préservés pendant longtemps de toute forme d’occupation et même de modernité. Le peuple Mursi est un
peuple semi-nomade. C’est un des derniers peuples d’Afrique où les femmes portent encore des ornements labiaux et auriculaires en forme de disques plats dont l’origine et la signification ne sont à ce jour pas encore complètement élucidées. On les appelle communément les femmes-plateaux.
Ce n’est pas la seule parure de ces femmes aux cranes rasés, qui portent aussi de lourds colliers faits de coquillages et de perles, et des parures de tête faites avec des cornes de bovins. Par ailleurs, hommes et femmes portent aussi des scarifications sur les bras, le ventre ou la poitrine. Chez les hommes, ces scarifications figuratives commémorent un acte de bravoure qui inspirent le respect de leur groupe. Les femmes arborent des scarifications symboliques sur les épaules qui constituent leur “carte d’identité” tribale.

11

Konso (peuple Konso)

Jours 18 et 19

Route en direction de Konso.
Découverte du peuple Konso; visite de leurs villages. La région montagneuse des Konso est caractérisée par de magnifiques cultures de millet en terrasses.  
Les Konsos pacifiques et bienveillants, sont divisés en 9 clans-villages autonomes.  Chaque village a son prédicateur animiste et un totem distinctif d'environ 1 mètre de hauteur, bien placé sur les tombes de leurs ancêtres.   Les Konso de chaque village sont liés par une culture commune et ne sont régis par aucune autorité tribale supérieure, ni par un gouvernement. Chaque village est autonome, administré par un conseil d’aînés. Les villages n’étant jamais éloignés les uns des autres, les habitants entretiennent des relations économiques et sociales.
Les femmes portent des jupes à volants colorées qui allongent avec l'âge et des cheveux tressés serrés souvent couvert d'un foulard noir.

En direction d'Arbaminch et vol vers Addis Abeba ou nous attend un souper d'adieu tradionnel.