Blogue

Auroville, où la cité de l’Aurore, un lieu étrange à visiter

Voyage organisé en petit groupe Auroville Inde du Sud Agence de voyage Les Routes du Monde

Auroville, où la cité de l’Aurore, un lieu étrange à visiter…

Fondée en 1968, sous l’égide de l’Unesco, par une poignée d’utopistes, dans le Tamil Nadu en Inde du Sud. Elle se situe à proximité de l’ancien comptoir français de Pondichéry. Auroville fête ses 50 ans d’existence. Ainsi, nous pouvons vous aider pour un voyage sur mesure dans cette ville unique au monde.

En effet, ses fondateurs espéraient attirer à terme 50 000 habitants. Cependant, ils sont aujourd’hui que 2 500, qui peinent toujours à s’intégrer à la population locale. De ce fait, la cité de l’Aurore, a été fondée en Inde en 1968, en pleine époque hippie, par la Mère, une Française du Nom de Mirra Alfassa. Elle est une compagne spirituelle de Sri Aurobindo (1872-1950), maitre indien. Egalement, fondateur du yoga intégral et militant politique dont l’ashram se situe à une dizaine de kilomètres au nord, d’Auroville, dans la belle Pondichéry.

La vision d’Auroville

Auroville se veut être « une ville universelle où hommes et femmes de tous pays pourraient vivre en paix et en harmonie au-delà de toute croyance, politique et nationalité » et dont le but est de « réaliser l’unité humaine ». Ce programme répond au rêve de Mirra Alfassa, né à Paris en 1878. Elle rencontre Sri Aurobindo lors d’un voyage à Pondichéry en 1914. Et 6 ans plus tard elle le rejoint pour s’installer à l’ashram, dont elle devient responsable en 1926. Après cela, Sri Aurobindo décide de se retirer du monde pour se consacrer à sa quête intérieure.

Que devient Auroville aujourd’hui ?

La cité de l’Aurore est aujourd’hui entourée d’une forêt tropicale. Elle est construite en suivant la forme d’une galaxie avec en son centre, un temple, un lieu unique au Monde, le Matrimandir, (« la Maison de la Mère »). C’est un impressionnant temple sphérique, recouvert de disques d’or, considéré par Mirra Alfassa comme l’âme du lieu et qui se visite uniquement sur rendez-vous. Il aura fallu 30 ans pour que sa construction s’achève. C’est avant tout un lieu de méditation, composée d’une chambre intérieure de marbre blanc. Son centre est orné d’un globe de cristal. Aucune décoration ou icône religieuse. L’accès y est strictement règlementé, les touristes de passage n’ont donc pas la chance d’y entrer !

Selon le dernier recensement Auroville, compte 2500 habitants de 54 nationalités. La majorité sont des d’indiens, ce qui reste loin des 50000 habitants prévus initialement. IIs travaillent dans différents domaines agriculture, informatique, éducation, santé, artisanat…

Acquérir la nationalité  Aurovillienne, tout un mérite

Devenir Aurovillien se mérite ! Le processus prend plus d’un an, durant lequel il faut travailler, sans aucune rémunération. L’objectif est de montrer son engagement envers la communauté et être soi-même sûr de son choix. Puis, une fois le sésame obtenu, il faudra attendre qu’un logement soit disponible, le plus souvent en gardant la maison d’un Aurovillien absent. Sauf si vous avez de l’argent : vous pouvez alors faire une « donation » afin de faire construire une maison pour y vivre, qui appartiendra à Auroville. Au vu de la pénurie de logements, cette dernière solution est quasiment incontournable. Ce parcours compliqué fait dire à de nombreux Aurovilliens que la ville est l’inverse d’une secte : il est très difficile d’y entrer et très facile d’en sortir !

Rémunération et conditions de travail

Une fois devenu Aurovillien, vous recevez 13.000 roupies par mois pour un travail à temps plein 6 jours par semaine. Avec un avantage : vous décidez où vous voulez travailler et vous pouvez changer totalement de secteur d’activité en fonction de vos affinités (et des besoins de la ville). Il est tout à fait possible de vivre avec ce revenu, à condition de ne pas payer de billets d’avion pour rentrer dans son pays d’origine et de ne pas avoir de gros problème de santé.

Les lois et principes de la cité

La cité de l’Aurore, vous l’aurez compris est régie par des codes et des principes strictes et sélectifs !

Il aura fallu une loi rédigée dans les années 1980 par le Parti du Congrès (socialiste) alors au pouvoir “pour qu’Auroville devienne une entité légale et voie son autonomie sauvegardée”. Sa communauté, souvent comparée à une secte, a toujours été un théâtre “d’expérimentations futuristes, dans les domaines de l’énergie, de l’écologie, de l’économie ou de l’éducation”.

L’origine du développement de la cité

Le développement même de la ville est dû aux prouesses technologiques réalisées par les Aurovilliens. Au départ la cité n’est qu’un plateau désertique avant de devenir une jungle luxuriante. Les habitants ont fait un travail impressionnant, en replantant au fil des années plus de trois millions d’arbres. Sans oublier la création des centaines de bassins pour retenir l’eau de la mousson. Dès le début aussi, Auroville a misé sur l’écologie et les énergies renouvelables. Une trentaine d’éoliennes et une centrale électrique solaire assurent une partie de l’énergie de la population. L’agriculture est biologique, les modes d’éducation multiples et l’architecture avant-gardiste et expérimentale.

Profitez de votre séjour en y passant plus de temps

Quand on ne passe que quelques jours à Auroville, on repart souvent avec une impression mitigée : de l’artisanat local, de jolis restaurants, beaucoup de touristes indiens, des Occidentaux sur des mobylettes… Difficile d’y retrouver la vision de la Mère, dont le portrait est pourtant omniprésent au côté de celui de Sri Aurobindo.

Et oui, Auroville ne se dévoile pas si facilement : il faut rester plusieurs semaines pour commencer à connaitre les Aurovilliens, leurs parcours et leurs idéaux. Alors pourquoi vivre à Auroville ? Qu’est ce qui pousse les étrangers à s’installer au fin fond du Tamil Nadu, dans cette ville unique au monde ?

Peut-être le désir dans notre monde où les enjeux climatiques, écologiques, sociétaux n’ont jamais été aussi forts. C’est tout simplement le besoin de vivre un modèle différent, écologique, humain et spirituel. En rencontrant les habitants, on comprend alors qu’il n’existe pas une Auroville, mais autant d’utopies que d’Aurovilliens. Tous viennent d’horizons variés, n’ont pas les mêmes moyens ni les mêmes aspirations.

Auroville, la ville dont la Terre a besoin. C’est en ces termes que « la Mère », désignait le projet de cette cité utopique. C’est « le lieu d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités ».

Si vous souhaitez découvrir cette ville étrange et unique au monde, nous organisons depuis plus de 20 ans des voyages sur mesure en Inde du Sud et notamment dans le Tamil Nadu. Afin de visiter Pondichéry, ses parcs fauniques et son cœur Madurai, enraciné, et surtout jamais colonisé.

Nous proposons aussi un voyage en petit groupe (max 16 personnes) de 20 jours en Inde du Sud, d’un océan à l’autre. Notre circuit débute par la découverte de Pondichéry, puis nous rejoignons en train Madurai, l’âme du Tamil Nadu.

https://www.routesdumonde.com/voyages-petits-groupes/inde-du-sud/

Pondichéry sur le bord de mer, semble ne pas avoir oublié les trois siècles de présence française.  Malgré des quartiers que certains comparent à un petit Paris bohème. Retenez que Pondichéry reste une ville bien indienne avec ses klaxons et son chaos.  Le quartier français avec les églises catholiques, les café-terrasses des années 70, ses rues pavées. Sans oublier ses bâtiments blancs et jaunes et la promenade en bord de mer font quand même de Pondichéry une ville unique au monde.

Nous visitons aussi au centre du Tamil Nadu, Madurai, une des villes les plus anciennes de l’Inde. D’anciens documents relatent l’histoire de cette ville jusqu’à trois siècles avant J-C. Selon la mythologie hindoue, la ville serait née des gouttes de nectar tombées de la chevelure de Shiva. C’est la ville des Pandyas, dynastie puissante qui s’illustra au Moyen-Âge en luttant contre les royaumes voisins. Avant de sombrer au début du XIVème siècle. C’est aux Nayaks, maitres de la place à partir du XVIème siècle, que l’on doit la construction du joyau de la ville : le temple de Meenakshi, l’un des plus extraordinaires sanctuaires de l’Inde. Les nombreux pèlerins sur place créent une atmosphère très spirituelle. Les mantras chantés, le chuchotement des prières, le tintements des cloches, la dévotion des gens… Une ambiance qui ne laisse personne indifférent.

Pour un voyage sur mesure en Inde du Sud, ou pour notre voyage en petit groupe. N’hésitez pas à nous contactez-nous au 514-842-1888. Nous sommes les spécialistes de l’Inde au Québec depuis 20 ans !

Partagez